Fr De En
  1. 1939

    L'Open de Suisse est joué pour la première fois à Crans-sur-Sierre. Le budget total du premier événement était de CHF 5000.-. Aujourd'hui, il dépasse CHF 11m, soit une augmentation de 2,200%. Pendant le tournoi, la Deuxième Guerre mondiale éclatait et la plupart des joueurs ont dû quitter le tournoi afin de combattre pour leur pays.


  2. 1939

    Lorsque nous avons accueilli l'Open de Suisse à Crans-sur-Sierre, en 1939, nous avons également dit adieu à, sans doute, l'un des golfeurs les plus influents de l'époque. En 1939, le pionnier des golfeurs professionnels, Walter Hagen, a pris sa retraite. Il a été le premier golfeur à devenir pro et à gagner $1m en jouant au golf. Il a également gagné 75 titres professionnels et se trouve juste derrière Jack et Tiger en terme de grandes victoires.


  3. 1940

    En 1940, OMEGA devient le plus important fournisseur de montres des forces armées de la Grande-Bretagne. Avec ces montres, OMEGA industrialise ses avances par rapport à la résistance à l’eau et aux chocs, ainsi que l’anti-magnétisme de ses montres.


  4. 1940

    Entre 1940-1947, le tournoi n'a pas eu lieu en raison de la Seconde Guerre mondiale. Dès les premiers coups de fusil, les joueurs ont mis leurs clubs de côté et ont servi leur pays, non seulement sur le front, mais également en créant des Pro-Am afin de récolter des fonds pour les blessés. Un nombre surprenant de golfeurs légendaires ont servi leur pays. Le plus célèbre de tous était certainement Bobby Jones, qui, à l'âge de 40 ans et ses exploits loin derrière lui, a servi comme capitaine dans les forces aériennes des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale.


  5. 1940

    Cette jolie affiche a fait de la publicité pour Crans Montana en 1940.


  6. 1941

    Le PGA d'Amérique célèbre son 25e anniversaire en 1941 avec 2041 membres inscrits. Cette même année, le PGA crée le "Golf Hall of Fame". Ses premiers membres sont Willie Anderson, Tommy Armour, Jim Barnes, Chick Evans, Walter Hagen, Bob Jones, John McDermott, Francis Ouimet, Gene Sarazen, Alex Smith, Jerry Travers et Walter Travis.


  7. 1944

    La dix millionième montre OMEGA a été fabriquée en 1944.


  8. 1945

    En 1945, Lord Byron Nelson remporte 18 tournois, le record de tous les temps! D'autres records ont également été établis par Nelson, dont 11 titres consécutifs et 19 parcours terminés consécutivement avec un score en-dessous de 70. En remportant ses 11 titres, il ne gagne que $ 30'000.-, un montant qui n'atteint pas le prix de la dernière place du Championnat PGA Tour en 1992. Pendant cette période, il découvre "la Zone" - "Je suppose qu'on dit maintenant être dans la zone", a déclaré Nelson. "J'avais le bon rythme durant mes swings et je me sentais bien."


  9. 1947

    Le golf a été télévisé pour la première fois en 1947 sur une chaîne locale, KSD-TV St. Louis. Il s'agissait de l'US Open, joué au St. Louis Country Club et remporté par Lew Worsham, qui a battu Sam Snead en play-off. Étonnamment, Worsham a remporté le premier tournoi de golf télévisé en 1953 grâce à l'un des plus grands coups de l'histoire du golf.


  10. 1947

    En 1947, le golf était en pleine croissance en Suisse, surtout à Crans Montana. Juste après la Seconde Guerre mondiale, le Comité du Golf-Club décide de construire un nouveau parcours pour alléger la sur-fréquentation sur les 18 trous qui existaient déjà. Le parcours est ouvert en 1951 et sera rénové par le grand joueur Jack Nicklaus à la fin des années 1980 - son premier et seul parcours en Suisse.


  11. 1948

    1948 marque le centenaire d’OMEGA. Joyeux 100ème anniversaire ! C’est aussi l’année durant laquelle OMEGA lança la Seamaster.


  12. 1949

    Pro des têtes couronnées, le Français Marcel Dallemagne remporte l’édition de 1949 grâce à un albatros. Lui qui avait dit à la Princesse Murat: «Grouillons-nous Altesse, il va flotter» !


  13. 1949

    Sam Snead était connu pour son chapeau de paille, mais son premier titre au Masters sera toujours lié à un autre vêtement: la première veste verte. Le Masters a décerné ce vêtement emblématique pour la première fois au vainqueur en 1949, et Snead en était le bénéficiaire.


  14. 1949

    En 1949, Bobby Locke remporta le British Open, un tournoi qu'il gagnera à quatre reprises. Il battit l'Irlandais Harry Bradshaw dans un play-off de 36-trous. Durant le deuxième parcours, et au lieu de prendre un drop libre, Bradshaw joua la balle à partir d'une bouteille de bière cassée, citant que les règles étaient ambiguës et craignant la disqualification - ceci lui coûta un coup et, malheureusement, le titre.


  15. 1950s

    L’homme au costume gris de flanelle se transforma en paon lorsque les vêtements de golf des années 50 s’embrasaient de couleurs. La chemise de golf en tricot, fabriquée sur la base des chemises Lacoste de tennis, était assortie avec des pantalons et shorts de plus en plus colorés, nous conduisant à une ère durant laquelle le style devenait une plaisanterie persistante. Toutefois, l’arrivée d’Arnold Palmer changea le look du jeu. Le King était costaud et ses vêtements – chemise en coton, léger pantalon brun et chaussures oxford – mettaient son physique en valeur. Mais dans les années 50 (et début des années 60), ce n’était pas que l’habillement qui modifia le décor pour des décennies, mais le jeu moderne changea pour toujours avec l’émergence des joueurs légendaires, Palmer et Nicklaus.


  16. 1950

    En 1950, la miraculeuse victoire de Ben Hogan à l'US Open, qui changea le jeu, restera comme l'un des plus brillants moments de golf. C'était 16 mois après s’être remis d'un accident de voiture qui aurait pu lui coûter la vie. A l'époque, le tournoi se jouait sur 36 le dernier jour. Les efforts dépensés sous une chaleur étouffante ont quasiment anéanti Hogan, qui s'est presque évanoui sur les 9 derniers trous et qui ne pouvait à peine marcher. Arrivé au 18e trou, il lui a fallu un PAR pour aller en play-off. Son deuxième coup devint l'un des plus célèbres; depuis le milieu du fairway, il utilisa un fer 1, un exploit presque impossible à réaliser!


  17. 1951

    En 1951, L'Open de Suisse est gagné par l'Écossais Eric Brown, son premier titre et le début de ses meilleures années de golf. Lors de cette victoire, Eric était en voyage de noce avec son épouse Joan.


  18. 1951

    L’USGA et le R&A, les organismes des règles et du développement du golf mondial ont une conférence commune et s’accordent sur des règles uniformes sur le golf mondial.


  19. 1953

    Il y a soixante-trois ans, Ben Hogan a remporté les cinq tournois officiels de l'US PGA auxquels il a participé, y compris les trois tournois du Grand Chelem - une performance qui est reconnue encore aujourd'hui comme l'un des plus grands exploits qu'un golfeur professionnel n'ait jamais réalisé. Tout a commencé lors du Masters en avril. Malgré un temps menaçant, Hogan a réussi à jouer entre les gouttes, à profiter d'une légère brise et de moments de soleil qui ont même amélioré la qualité des greens d'Augusta. Il remporta le titre, puis celui de l'US Open à Oakmont et enchaîna avec celui du British Open à Carnoustie lors de sa seule participation. Il gagna l'amour des Ecossais qui le surnommèrent "The Wee Ice Mon," pour son approche du jeu à l'ancienne.


  20. 1953

    Lorsque Gary Player est devenu professionnel, en 1953, il ne savait pas encore que trois ans après ses débuts en golf, il serait l'un des plus grands joueurs de tous les temps et le meilleur golfeur que l'Afrique du Sud n'ait jamais connu. Il s'est inscrit à l'US PGA Tour en 1957 et, en 2 ans, remporta ses premières victoires. Sa première grande victoire est conquise en 1959 à l'Open Championship, le premier des trois titres du British Open qu'il décrocha.


  21. 1954

    En 1954, lorsque Robert Trent Jones (souvent considéré comme l'un des meilleurs architectes de golf de tous les temps) a redessiné le quatrième trou du Lower Course au Golf Club Baltusrol à Springfield, NJ, avant l'US Open, certains membres du club pensaient que la désignation du trou en PAR 3 était injuste à cause d'un étang périlleux. Monsieur Jones proposa donc de faire jouer le trou à Johnny Farrell, le professionnel du club, sous le regard de deux autres membres. En jouant à une distance de 165 yards, M. Farrell et les deux membres ont touché le green. M. Jones utilisa son fer 4 et sa balle atterrit également sur le green et roula droit dans le trou, il fit ce jour-là un hole-in-one et se retourna vers les membres en leur disant: '' Messieurs, le trou est juste. Éminemment juste. ''


  22. 1954

    Oliver Barras, sans doute le meilleur joueur amateur que la Suisse n'ait jamais connu et originaire de Crans Montana, est couronné 9 fois champion suisse et 10 fois comme meilleur amateur de l'Open de Suisse. Avec un handicap de 0, il termine à la 3ème place, à seulement trois coups du légendaire Bobby Locke.


  23. 1954

    Arnold Palmer, né en Pennsylvanie en 1929, devient pro en 1954 après avoir gagné l’U.S. Amateur Championship, et conquis dans les trois années suivantes le titre d’events winner. Un an plus tard, en 1958, il gagne le money title. Il en gagnera trois durant sa carrière, ainsi qu’un U.S. Open, un British Open et quatre Masters, un record à cette époque-là. Palmer devient la première superstar du golf, attirant une horde de supporteurs à chacun de ses tournois avec pour surnom ‘’Arnie’s Army’’. Il totalise 62 victoires sur le PGA Tour dans sa carrière, se classant 5ème de tous les temps.


  24. 1954

    En 1954, Gaston Barras, actuel Président du Golf-Club Crans-sur-Sierre, devient membre du Comité du Golf-Club. Il a accueilli, de 1954 à aujourd'hui, tous les grands joueurs, dont Bobby Locke, Bob Charles, Seve Ballesteros, Nick Price, Ian Woosnam, Sir Nick Faldo, José María Olazábal et Ernie Els.


  25. 1955

    Dans une parodie de 4 minutes sur ‘’The Honeymooners’’, Art Carney en Norton apprend à Ralph, un chauffeur de bus de Brooklyn joué par Jackie Gleason, comment jouer au golf à partir d’un manuel d’instructions. ‘’Que veulent-ils dire par ‘adresser la balle’ ? ‘’ demanda Ralph, ce qui amena Norton à prendre sa posture et à entonner, ‘’Hello, balle !’’ L’épisode qui a été créé en 1955 restera un film culte.


  26. 1957

    Durant la Ryder Cup en 1957, personne ne pensait que la Grande-Bretagne et l'Irlande allaient avoir une chance de battre les Etats-Unis. L'équipe de GB/Irlande n'avait plus gagné depuis 24 ans. Pourtant, inspirées par leur capitaine, le petit Gallois - Dai Rees, GB&I ont gagné six des huit parties. Rees, qui battit Ed Furgol 7 et 6, donna ainsi un nouveau souffle à la Ryder Cup.


  27. 1958

    En 1958, la Fédération Internationale de Golf (IGF) est fondée. Elle est encore reconnue comme la fédération gouvernante par le Comité International Olympique (CIO). Le siège de l'IGF est situé sur les bords du Lac Léman à Lausanne, en Suisse. En 2016, Le golf fera partie des Jeux Olympiques pour la première fois depuis 1904.


  28. 1959

    Karsten Solheim a inventé un nouveau putter, plus lourd au niveau du talon et de la pointe de la tête et avec un sweet spot plus mince et plus léger. Ce nouveau design a simplifié la vie des golfeurs, en facilitant le putting en ligne droite. Le nouveau putter a été appelé PING à cause du bruit qu'il faisait lors du contact avec la balle. Grâce à sa nouvelle invention, M. Solheim quitta son travail et créa la marque d'équipements Ping grâce à laquelle il fit fortune.


  29. 1960s

    Les villages voisins de Crans et Montana s’assemblèrent pour former la station connue sous le nom de Crans-Montana. Dans les années 60, Crans-Montana était connu comme « the place to be », un boom dans le secteur touristique de la région a fait venir de nombreuses personnalités du moment : Gina Lollobrigida, Gilbert Böcaud, Charles Aznavour et beaucoup d’autres…


  30. 1960

    Harold Henning (Afrique du Sud) gagne l’European Masters (270).


  31. 1960

    En 1960, Arnold Palmer devint le « King ». Il est rare qu’en golf, un couronnement se fasse avec un seul coup, mais si ça avait dû être le cas, ce serait lorsque Palmer a drivé le green du par 4, trou n°1, à Cherry Hills CC. Ayant déjà gagné cinq fois cette saison, incluant sa victoire au Masters sur l’Augusta National en finissant sur deux birdies, Palmer était le joueur à battre. Figurant 7 coups derrière la tête, il sortit 6 birdies sur les 7 premiers trous pour rendre une carte de 65 et battre de deux coups un Jack Nicklaus, encore amateur à cette époque. Complétant les deux premières parties des Grands Chelem modernes.


  32. 1960s

    L’ère « folle » Les années 60 sont reconnues comme « l’ère folle » ou « l’ère d’or du golf ». Les légendaires Palmer, Nicklaus, Player étaient occupés à écrire l’histoire, et ce n’était pas seulement leur jeu qui était hors du temps. Le style des cardigans, les polos classiques, les pantalons de sport bien repassés, les chaussures en cuir lacées et cigarettes allumées contrastent bien avec les équipements de sport professionnel d’aujourd’hui. Le golf est aussi devenu un bon outil pour la folie du monde de la publicité. Les compagnies divertissaient régulièrement leurs clients en accordant de grands budgets pour des séjours de golf, en suivant les professionnels du tour, pour conclure des affaires.


  33. 1961

    Cinq ans après que Rosa Parks ait refusé de s’asseoir à l’arrière du bus, les golfeurs noirs étaient encore bannis du pro tour. La PGA d’Amérique, qui a ensuite supervisé le tour, avait restreint l’adhésion et le droit de jouer aux « golfeurs professionnels de race caucasienne ». Finalement, en 1961, cette loi fût abrogée après des années de pression constante – et mise en place d’action en justice – par le grand battant Joe Louis et des joueurs noirs talentueux tels que Charlie Sifford, Bill Spiller et Teddy Rhodes. « Je crois que j’ai apporté autant au jeu qu’Arnold Palmer et Jack Nicklaus, » dit Sifford (droite), qui rejoignit peu après le tour à plein temps. Lorsque Tiger Woods gagna le Masters en 1997, il remercia Sifford et les autres pionniers : « Ils ont ouvert la voie. S’ils ne l’avaient pas fait, je n’aurais peut-être pas eu la chance de jouer. »


  34. 1961

    Kel Nagle (Australia) gagne l’European Masters (268) avec deux coups d’avance sur le gallois Dai Rees.


  35. 1961

    En 1960, le British Open était pris à la légère. Les meilleurs joueurs américains sautaient le tournoi, devenu par la suite important, connu pour son prize money dérisoire et ses conditions de jeu difficiles. Il a fallu le « King » pour redorer l’image de cet événement royal. Arnold Palmer termina à un coup de la victoire à St. Andrews en 1960, avant d’annoncer : « Je reviendrai jusqu’à ce que je gagne ce tournoi. » Il fît une bonne performance en 1961 au Royal Birkdale où dans le tour final, il tapa un coup de fer 6 « aussi fort que j’ai pu » depuis des hautes herbes à hauteur de genoux par-dessus le fairway du 15. (Une plaque marque maintenant l’endroit.) Le public retenait son souffle alors que la balle vint s’écraser sur le green et terminer sa course à 3.65 mètres du trou. Les fans britanniques tombèrent amoureux du brave « Yank » qui gagna sa première « Claret Jug » avec un coup d’avance seulement et redonna au tournoi son statut légendaire.


  36. 1961

    Gary Player bat Arnold Palmer pour devenir le premier joueur international à gagner le Masters.


  37. 1962

    Jack Nicklaus gagne l’US Open, sa première victoire professionnelle, faisant de lui un des quelques joueurs ayant commencé avec une victoire sur ce prestigieux tournoi.


  38. 1961

    Le président des Etats-Unis, John F. Kennedy, porte sa montre OMEGA Slimline lors de son entrée en fonction le 20 janvier 1961.


  39. 1962

    Le tournoi s’est terminé aux play-offs avec 3 joueurs pour la premières fois cette année. Le gaucher néo-zélandais Bob Charles gagna le titre grâce à un eagle. Il gagna ensuite le British Open en 1963.


  40. 1962

    La période fantastique de Shell débute à Pine Valley Le concept était simple : Mettre de grands joueurs sur de grands golfs et ajouter quelques informations de voyage pour les non-golfeurs. Ça a fonctionné à la perfection. Tous les week-ends d’hiver pendant 9 ans, les spectateurs férus de golf étaient transportés vers des destinations ensoleillées aussi exotiques que le blazer vert-citron de l’analyste Jimmy Demaret : Burma, Monaco, Nouvelle-Zélande. En tout, le show diffusa 94 matchs dans 48 pays, avec la participation des plus grands noms ; Hogan vs. Snead, Palmer vs. Boros. Mais ce n’était pas seulement le pouvoir des stars qui attiraient les fans, expliqua l’écrivain et ancien éditeur de GOLF MAGAZINE Al Barkow: « Tu es à Chicago, il fait -5 degrés, tu as ton cul dans la neige, et ensuite tu regardes un match ayant lieu dans un Portugal ensoleillé et tu te dis « la vie est belle » ».


  41. 1963

    Le gallois Dai Rees gagne son 3ème European Masters avec un score de 278.


  42. 1962

    Presque deux ans et demi avant que la montre ait été certifiée par la NASA pour ses vols dans l’espace, l’astronaute Wally Schirra porta sa OMEGA Speedmaster sur Mercury Sigma 7 lors de sa mission en 1962.


  43. 1963

    Bob Charles devient le premier joueur néo-zélandais à remporter un tournoi majeur lors du British Open.


  44. 1963

    Nouveaux équipements. L’utilisation d’un grip en caoutchouc et de fers en métal coulé a réduit le prix des clubs de golf et donné l’opportunité à plus de monde de jouer au golf.


  45. 1964

    Un nouveau tournoi est né. Mark McCormack créa le Piccadilly World Match Play Championship à Wentworth qui réunit les vainqueurs des 4 Grands Chelem de l’année et d’autres joueurs de premier plan du tour britannique et du tour américain. La première édition est remportée par Arnold Palmer qui s’est défait du britannique Neil Coles dans le final. Gary Player allait ensuite venir dominer le tournoi pendant la décennie suivante avec 5 victoires, dont deux en battant Jack Nicklaus dans le final.


  46. 1964

    Le sud-africain Harold Henning gagne son second European Masters avec un score de 276.


  47. 1965

    Le sud-africain Harold Henning gagna pour la troisième fois en 1965, un record qui tient encore aujourd’hui, mais qui sera égalé en 1989 par le très apprécié Severiano Ballesteros.


  48. 1965

    Garry Player remporte l’US Open Championship après un play-off contre l’australien Kel Nagle pour compléter le « Grand Chelem » en carrière en gagnant les 4 titres professionnels majeurs. Il devenait seulement le 3ème joueur (Gene Sarazen et Ben Hogan étaient le deux premiers) à accomplir cet exploit.


  49. 1965

    Le plus long Hole-in-One. Le 7 octobre 1965, une rafale de vent de 80 km/h aida le golfeur Robert Mitera à rentrer le plus long Hole in One de l’histoire, un coup de 409m sur le trou numéro 10 du Omaha’s Miracle Hill Golf Club.


  50. 1965

    C’était le moment du « Golden Bear’s Secretariat ». Ce moment où son golf est devenu le plus grand et le meilleur jamais vu auparavant. Au contact des deux autres membres du Big Three – Arnold Palmer et Gary Player – après deux rounds, Nicklaus rendit miniature l’Augusta National avec une démonstration de puissance durant le 3e tour. Trois de ses drives dépassèrent les 290 mètres au moins. Il toucha 18 greens – il loupa seulement le green du 11 en finissant en bordure de green – et trois par 5 en deux, avec pas plus qu’un fer 3. Il ne fît aucun bogeys, ni de 5. Son plus long putt était de 7.62 mètres. Après que Nicklaus ait gagné avec 9 coups d’avance, Bobby Jones décrivit cela comme « un niveau de golf qui ne lui était pas familier ». L’homme lui-même défini ce round de 64 à l’âge de 25 ans comme le meilleur de sa carrière record en majeur.


  51. 1966

    Jack Nicklaus remporte son premier British Open et devient le quatrième joueur à faire le « Grand Chelem » en carrière, une année seulement après que Garry Player devienne le troisième. 34 ans s’écouleront avant qu’un cinquième joueur vienne ne s’ajouter à la liste (Tiger Woods).


  52. 1966

    Alfonso Angelini gagne son second European Masters avec un score de 271.


  53. 1967

    L’australien Randall Vines gagne son premier European Masters avec deux coups d’avance sur l’anglais Guy Wolstenholme. Score final 272


  54. 1967

    En gagnant le Greater Hartford Open, Charlie Sifford devient le premier afro-américain à gagner un tournoi du PGA Tour.


  55. 1968

    Roberto DeVicenzo accrochait Bob Goalby jusqu’à la fin du 4ème round du Masters, mais signa une carte de score incorrecte (il était écrit qu’il avait fait 4 au 17 alors qu’en réalité il avait fait 3) et perdu le tournoi à cause de ce coup sans avoir droit au play-off. La malheureuse décision fût annoncée aux spectateurs incrédules après que les officiels et responsables du tournoi, Bobby Jones compris, eurent tout essayé pour trouver une solution dans le règlement pour un possible retournement de situation.


  56. 1968

    Roberto Bernardini (ITA) gagne son premier European Masters après un play-off contre Allan Henning (Afrique du Sud) et Randall Vines (Australie). Score final 272


  57. 1969

    Tony Jacklin devient le premier joueur local à gagner le British Open en 18 ans avec deux coups d’avance sur Bob Charles au Royal Lytham.


  58. 1969

    Roberto Bernardini (ITA) rentre à la maison avec une deuxième victoire à l’European Masters, tandis que l’allemand Gerhard Koening finissait en deuxième position.


  59. 1969

    Jack Nicklaus donna le dernier putt de Tony Jacklin et les Britanniques perdirent la Ryder Cup contre les Américains après 5 victoires consécutives. Ce geste est souvent décrit comme « l’acte le plus sportif de l’histoire ».


  60. 1970

    Ben Hogan, ‘’Le faucon’’ avait pour ainsi dire pris sa retraite à la fin des années 1950. Mais il aimait toujours jouer de temps à autre pour montrer qu’il avait toujours du jeu. Hogan, 57 ans, joua 71-75-71-71 et finit neuvième au Houston Champions International de 1970.


  61. 1969

    Le 20 juillet 1969, l’OMEGA Speedmaster atterrit sur la lune avec les astronautes d'Apollo 11 qui ont fait leurs ‘’petits pas’’.


  62. 1971

    Ambassador Post:
    ‘’Je voulais être un astronaute quand j’était petit. Si je l’avais été, j’aurais aussi joué au golf sur la lune. ‘’

    Alan Shepard tira la première balle de golf sur la lune.

    Les joueurs de golf vont très loin pour jouer, mais personne n’est allé aussi loin qu’Alan Shepard qui marcha sur la lune en 1971. Dix ans après être devenu le premier américain dans l’espace, Shepard cacha un fer 6 et deux balles dans son costume spatial. ’’Dans ma main gauche, j’ai une petite boule blanche familière à des millions d’américains’’, dit l’astronaute avant de déposer une balle sur la surface sableuse de la lune. ‘Je vais essayer un petit sand‘’. Malgré son encombrante combinaison, il réussit trois coups d’une seule main. Ensuite, avec l’aide de la force gravitationnelle lunaire – un sixième de la gravitation terrestre, il tira à 300 yards avec un temps en l’air de 35 secondes.


  63. 1971

    L’italien Baldovino Daddu ne parvint pas à gagner l’Open de Suisse de 1971 mais il impressionna tout le monde en établissant le record du parcours avec un score de 60, en réalisant onze birdies et sept pars.


  64. 1971

    Lee Trevino lança un serpent en caoutchouc à Jack Nicklaus au départ du 1er trou des play-offs de l’U.S. Open de 1971. Ce fut l’un des moments les plus fous de l’histoire du golf.


  65. 1971

    Lee Trevino réalisa un été impressionnant en gagnant coup sur coup l’U.S. Open, le Canadian Open et le British Open Championship. Il devint le premier joueur à gagner l’U.S. et le British Open la même année, depuis Ben Hogan en 1953. Sa victoire au British Open vint après un duel au dernier tour avec le favori du public, Lu Lian-Huan de Taiwan – ‘’Mr Lu’’ – la première fois qu’un golfeur asiatique ait fini dans le top trois d’un tournoi majeur.


  66. 1971

    Jack Nicklaus gagne le PGA Championship – inhabituellement disputé au mois de février en 1971 – mais perd ensuite étonnamment les Masters, battu au dernier tour par son méconnu partenaire de jeu Charles Coody. Nicklaus perdait alors le play-off à l’U.S. Open face à Lee Trevino.


  67. 1972

    Jack Nicklaus finit les deux premières étapes du Grand Chelem moderne en gagnant le Masters et l’U.S. Open (à Pebble Beach), mais comme Arnald Parlmer en 1960, il faiblit au British Open en finissant second (derrière Lee Trevino). Nicklaus était aussi le détenteur du PGA Championschip de 1971 et allait ainsi devenir le premier golfeur à remporter les quatre titres en même temps, bien qu’il n’était pas le premier à remporter quatre majeurs professionnels consécutivement.

    La one-shot victory de Trevino à Muirfield vient après qu’il rentra deux chip apparemment impossibles depuis l’extérieur du green aux 16ème et 18ème trous du troisième tour, puis un autre au 17ème trou du dernier tour – remportant le tournoi au nez et à la barbe de son partenaire de jeu et favori local Tony Jacklin, qui si stupéfait effectua trois putt au 17ème depuis une distance de 4.6 m, puis fit un bogey au dernier trou et manqua ainsi même la deuxième place. Le jeune Jacklin ne sera plus jamais un challenger sérieux dans un tournoi majeur.


  68. 1973

    Johnny Miller gagne l’U.S. Open à Oakmont avec un dernier tour de 63.

    Le dimanche, lors de l’U.S. Open 1973, Arnold Palmer aperçut le tableau d’affichage alors qu’il évaluait un putt court pour birdie sur le green du 11 du parcours d’Oakmont. ‘’Qui est à -5 !?’’ demanda Arnie stupéfait. La réponse : Johnny Miller, le blond et audacieux Californien aux pantalons écossais et à l’incroyable jeu de fer. Le jeune de 26 ans commença la journée au 13ème avec 6 coups de retards. Pendant que le public suivait les parties prestigieuses – Palmer, Player, Nicklaus et Weiskopf étaient tous près de la tête – Miller écrivait discrètement l’histoire. Il fit un birdie aux quatre premiers trous et ne regarda jamais en arrière, en mettant le feu à l’Oakmont détrempé. Il manqua un fairway, toucha tous les greens et tira 10 approches à 4.6 mètres du drapeau sur le chemin de la victoire avec un coup d’avance sur John Schlee. Certains dirent que la souplesse du parcours avait rendu les choses beaucoup plus faciles, mais seuls quatre des 65 joueurs firent mieux que 70, et le 63 de Miller (-8) resta associé à la fois au tour le plus bas de l’histoire de l’U.S. Open et d’un tour final d’un tournoi majeur. Etait-ce le meilleur tour de l’histoire ? ‘’C’est le meilleur que j’ai vu’’, dit Miller.


  69. 1973

    Tom Weiskopf réalise sa saison la plus fructueuse avec quatre victoires sur le tour américain et la victoire au British Open.


  70. 1973

    Tommy Aaron, le joueur qui, par erreur, nota 4 sur la carte de Roberto De Vicenzo en 1968 et qui n’a pas remarqué sa faute à temps afin d’éviter le désastre, gagne l’U.S. Master. Le jeune joueur britannique Peter Oosterhuis mène après trois tours mais finit troisième. C’est à ce moment-là que le joueur britannique a été le plus proche d’une victoire à Augusta.


  71. 1973

    Le shaft en graphite est inventé.


  72. 1973

    Jack Nicklaus gagne le PGA Championship et bat le record de Bobby Joney du plus grand nombre de victoires en majeur avec son 14ème titre. Nicklaus gagna sept fois, pour la deuxième année consécutive, sur le Tour U.S. et se retrouva au sommet de la U.S. Money List annuelle pour la sixième fois, le plaçant seul au-dessus du record de 5 qu’il partageait avec Ben Hogan.


  73. 1974

    Gary Player, âgé de 39 ans, savoure sans doute sa saison la plus remplie de succès en gagnant à la fois le Masters Championship et le British Open. Il devient le seul joueur à avoir gagné le British Open dans trois décennies différentes.


  74. 1974

    Johnny Miller gagne 8 fois sur le Tour Américain, ce qui représente le plus grand nombre de victoires réalisées par un joueur en une seule saison depuis Arnold Palmer en 1960.


  75. 1974

    Roberto De Vicenzo réussit 6 birdies, un eagle et trois autres birdies pour réaliser un record de 11 en dessous du par sur 10 trous, à Valla Allende GC en Argentine.


  76. 1974

    Quand Bing Crosby a été hospitalisé pendant son Crosby pro-am en 1974, son ami Phil Harris, le chanteur, avec un penchant pour l’alcool, le remplaça dans les cabines TV avec un résultat prévisible. Après que Chris Schenkel ait noté que Johnny Miller a frappé une balle avec un touché sensible, Harris répondit, ‘’ Ouais, autant sensible qu’un homme lorsque qu’il sort un sein hors d’une robe de soirée.’’ Crosby dira ensuite : ‘’J’étais sous une telle sédation cette semaine que je ne me rappelle à peine avoir regardé le tournoi à la TV. Mais ce commentaire de Phil m’a réveillé.’


  77. 1974

    ‘’Golf My Way’’ de Jack Nicklaus est publié et devient rapidement un best-seller parmi tous les livres de sport de tous les temps.


  78. 1975

    Lee Trevino, Jerry Heard et Bobby Nichols sont frappés par la foudre durant le Western Open de 1975. L’incident suscite de nouveaux standards de sécurité quant à la météo pour les préparations des événements du PGA Tour. Un spectateur sera toutefois touché par la foudre, et en mourra, en 1991 à l’U.S. Open à Hazeltine National, ainsi qu’un autre au PGA Championschip à Crooked Stick plus tard ce même été.


  79. 1975

    Jack Nicklaus gagne son cinquième Masters contre ses deux plus grands rivaux, Johnny Miller et Tom Weiskopf.

    On dit que le Masters ne commence jamais avant les 9 derniers trous du dimanche. Cette maxime ne sera jamais autant vrai qu’en 1975, quand le trio se tint un bras de fer pour la veste verte. Johnny Miller était au sommet du classement du price-money du Tour, Tom Weiskopf venait de triompher à Greensboro et Jack Nicklaus était, tout simplement, Jack Nicklaus. Le Golden Bear, qui jouait un flight avant ses rivaux, réalisa un birdie sur le 15ème trou mais gratta ensuite son coup de départ sur le par 3 du 16, se retrouvant avec un mauvais coup à jouer, à 12 mètres, en montée. Weiskopf devançait Nicklaus d’un coup, et son partenaire de jeu de deux, alors que Miller et lui montait au tee du 16, où ils voyaient ‘’le Bear’’ se préparer un possible trois putts. Nicklaus frappa la balle qui tomba dans le trou. Il sauta en l’air en levant les bras et lançant son putter vers le ciel. Weiskopf baissa les épaules. Il fit quelques minutes plus tard un bogey sur le 16ème. Au 18ème, Miller et lui manquèrent le birdie qui les aurait emmenés en play-off et Nicklaus remporta sa cinquième veste verte.


  80. 1976

    Royal Birkdale, 1976 Open

    Ballesteros, 19 ans, se présenta en terminant deuxième ex-aequo avec Jack Nicklaus. Au trou final du tournoi, il effectua un chip entre deux bunkers sur le green.


  81. 1976

    Le joueur le plus charismatique de tous les temps, Seve Ballesteros, gagna son premier tournoi en 1976 et enchaîna avec neuf autres victoires dans les années 70s, y compris l’Open Championship de 1979 au Royal Lytham, avec, en terminant avec une carte de 70, un tour mémorable où il tira son coup de départ du 16 dans un parking mais parvint tout de même à réaliser un birdie.


  82. 1977

    En 1977, la 25ème édition de l’East African Safari Rally, considérée comme la course la plus épuisante au monde, est chronométrée à chaque étape et tout au long de son parcours de 5600 kilomètres par OMEGA.


  83. 1977

    En 1977, Seve Ballesteros est devenu à l’âge de 20 ans et 99 jours le plus jeune vainqueur du tournoi. Il défendit triomphalement son titre l’année suivante et allait devenir un véritable Dieu du golf.


  84. 1977

    La police reçoit par téléphone des menaces à l’encontre de la vie d’Hubert Green, le leader de l’U.S. Open, alors qu’il se prépare à terminer son tour final. Green, informé de la menace, décide de terminer le tournoi et le remporte.


  85. 1977

    Le play-off ‘’à mort subite’’ est utilisé pour la première fois dans un tournoi majeur lorsque Lanny Wadkins bat Gene Littler pour le PGA Championship joué à Pebble Beach.


  86. 1977

    Al Geiberger joue le premier 59 sur le PGA Tour.

    C’était d’ores et déjà une semaine mémorable au Danny Thomas Memphis Classic de 1977 : l’ancien président Gerald Fort avait fait un Hole in One pendant le pro-am. Deux jours plus tard, Al Geiberger, le PGA Champion de 1966, transforma l’exploit de Ford en une note de bas de page. Geiberger commença plutôt bien sur le parcours par-72 du Colonia Country Club – en étant deux -2 après cinq trous. Puis il enchaîna six birdies et un eagle en sept trous. La tribune chantait, ‘’ Cinquante-neuf ! Cinquante-neuf !’’. Au dernier trou, l’homme qui a combattu des hémorragies gastriques provoquées par le stress, joua calmement un fer -9 à huit pieds du drapeau et réalisa un birdie au putt, réalisant le premier 59 de l’histoire du PGA Tour. Cette prouesse l’accompagna avec son surnom ‘’Mr 59’’, qui figure toujours gracieusement sur sa carte de visite. ‘’J’ai passé le mur du son’’, dit-il quelques jours plus tard. ‘’J’ai joué le jeu parfait.’’


  87. 1977

    Dans celui qui a été décrit comme le tournoi le plus passionnant de l’histoire, Tom Watson battit Jack Nicklaus d’un coup au British Open à Turnberry. Ils étaient à égalité après deux tours et jouèrent ensemble les derniers 36 trous, durant lesquels ils réalisèrent respectivement 65-65 et 65-66. Deuxième, Nicklaus finit avec 10 coups d’avance sur la troisième place.


  88. 1977

    La japonaise Chako Higuchi gagne le LPGA Championship, faisant d’elle la première joueuse de golf née en Asie à gagner un tournoi majeur.


  89. 1978

    Gary Player, âgé de 43 ans, gagne le Masters Championship pour son neuvième titre majeur. Pour ne pas être relégué au second plan, Jack Nicklaus gagne son troisième titre au British Open, ce qui porte son nombre total de victoire en carrière à quinze.


  90. 1978

    L’Hennessy Cup de 1978, un concours par équipe entre la Grande-Bretagne et l’Europe continentale, au ‘’The Belfry’’

    La situation : Ballesteros est one-up dans son match contre Nick Faldo lorsque la paire arrive sur le court par 4 du 10. Le jeu pousse à jouer un fer court avant l’eau et un sand wedge jusqu’au green.

    Le coup : Ballesteros joue son driver et amène sa balle - soft, enroulée - 256 mètres au-dessus de grands arbres protégeant le côté droit du green. Il est le premier joueur à atteindre la cible depuis le tee, la balle finissant à 9 mètres du trou, d’où il réalise un simple birdie. D’innombrables golfeurs ont depuis répété l’exploit, la plupart d’entre eux avec depuis un tee avancé et avec l’aide d’une tête de driver en aluminium et de balles modernes multicouches. Seve gagna le trou et le match 2&1.


  91. 1978

    Nancy Lopez domina le LPGA Tour durant les saisons 1978 et 1979 avec 17 victoires. Elle en remporta cinq consécutives durant un run mémorable. Annika Sorenstam égalisa cette marque en 2005, mais peu de golfeuses LPGA ont, depuis, eu une exposition telle que celle de Lopez à la fin des années 70.


  92. 1979

    La Ryder Cup est reformatée pour ajouter des joueurs d’Europe continentale aux Britanniques et Irlandais, rendant la compétition bien plus concurrentielle. Le mouvement est en bonne partie suscité par la montée de golfeurs tels que Seve Ballesteros. Comme pour souligner le besoin de changement, Ballesteros – déjà connu sous le nom de ‘’Sevvy’’ par un public britannique qui l’adore – gagne le British Open à Lytham St Annes, devenant le premier golfeur espagnol et le premier golfeur d’Europe continentale, depuis le Français Arnaux Massy en 1907, à gagner un majeur.


  93. 1979

    Au Royal Lytham & St. Annes, Seve Ballesteros soulève le Claret Jug, assumant son statut de plus grande star européenne. Sa marche jusqu’au titre est un classique de Seve : il manqua ses sept derniers fairways – et joua ces trous un en dessous du par. Le meilleur a été son redressement au 16ème trou, où Ballesteros et ses 22 ans pulvérisa son drive dans un parking. Sa balle reposant à coté d’une voiture de sport Austin Healy, Ballesteros droppa depuis le sol poussiéreux, arriva à 13 mètres du drapeau et entra son putt pour birdie. (Le Championship Committee Chairman Colin Maclaine dira que Seve a choisi de ne pas jouer Lytham mais un parcours ‘’de champs de foin, parking et tribunes.’’) L’ère Ballesteros avait commencé, provoquant un boom du golf européen dont l’échos résonne toujours.


  94. 1979

    Ron Streck, joueur professionnel sur le PGA Tour, baissa les yeux sur sa balle dans le rough au First NBC New Orleans Open de 1979 et saisit le nouveau driver qu’il avait reçu de Gary Adams, fondateur d’une petite entreprise basée dans l’Illinois du nom de TaylorMade. Sur le par 5, Streck swinga et – thwack ! – la balle jaillit à 256 mètres jusqu’au green. ‘’J’étais choqué’’, dit-il. ‘’C’est comme si la balle était tirée d’un canon.’’ L’ère métallique du golf était lancée. Tandis qu’Adam n’avait pas inventé les ‘’bois en métal’’ (ils ont été en marge du jeu pour près d’un siècle), ses têtes de clubs étaient plus légères et plus équilibrées. Certains les appelèrent fantaisistes, mais Adams est un vendeur brillant qui savait comment propager le métal – qui était meilleur marché que le bois et qui délivrait à la balle plus d’énergie pour une meilleure longueur et des coups plus droits.


  95. 1980

    Stuart Macgregor: @omegaEUmasters #greatgolftimes Dans les pas de mon héros, la légende Seve, Muirfield 1980


  96. 1980

    Les années 1980 ont connu une ascension fulgurante de popularité pour le golf, entraînée par les personnalités et stars montantes du golf, par les effets du baby-boom de la fin des années 30 et du début des années 40, ainsi que par l’essor du marché du sponsoring. Pendant cette décennie, la valeur du prix du l’Open de Suisse augmenta de plus de 88%.


  97. 1981

    En 1981 TPC Sawgrass est ouvert au jeu. Conçu pour accueillir des tournois de golf, il montra une nouvelle voie pour la conception de parcours de golf. Son par 3 du 17ème trou est l’un des trous les plus célèbres du golf, et probablement le plus controversé, avec des joueurs aimant son défi, et d’autres le redoutant durant les 16 trous précédents. Notre ambassadeur de campagne et détenteur du plus grands nombres d’Hole-in-one sur l’European Tour, Miguel Ángel Jiménez, ne s’en soucie pas trop – il est l’un des sept joueurs à avoir réalisé un Hole-in-one sur ce trou en 35 ans de championnat !


  98. 1982

    Surnommé ‘Woosie’, ‘Woosers’ ou le ‘Wee Welshmann’, Woosnam était l’un de la ‘’Big Five generation’’ du golf européen – Seve Ballesteros, Nick Faldo, Bernhard Langer et Sandy Lyle. Woosnam devint professionnel en 1976 et joua pour la première fois à l’European Tour en 1976. Il passa ses premières années sur le tour à traverser le continent en camping-car, en mangeant uniquement des haricots cuits pour économiser, et suite à trois saisons modestes, sa carrière s’accéléra lorsqu’il gagna l’Open de Suisse et devint 8ème à l’Ordre du Mérite.


  99. 1983

    Les news du tournoi ont fait un tabac dans le Chicago Tribune. Le journal fit un article sur le play-off sous haute tension opposant deux des plus grand rivaux des années 80 – Sir Nick Faldo et Sandy Lyle. Faldo s’empara du titre quand Lyle manqua un petit putt sur le deuxième trou dans la mort-subite, après que les deux aient réalisé un birdie sur le premier trou supplémentaire.


  100. 1985

    OMEGA est récompensée du Grand Prix Triomphe de l’Excellence Européenne en 1985 en reconnaissance de la qualité, de l’originalité et de l’esthétisme de ses créations.


  101. 1986

    Vainqueur du majeur à deux reprises et Capitaine héros de la Ryder Cup, José María Olazábal débuta sa carrière comme l’un des golfeurs espagnols ayant le plus de succès. En remportant le titre à l’âge de 20 ans seulement, il reste aujourd’hui l’un des cinq seuls joueurs à avoir gagné sur le tour européen avant 21 ans.


  102. 1986

    Le Sony Ranking system, désormais le système officiel de classement mondial au golf, est lancé. Il est le premier système de classement formellement reconnu pour le golf masculin. Le tout premier numéro un est, en avril 1986, le champion du Masters de 1985, Bernhard Langer.


  103. 1986

    Nicklaus a été le meilleur golfeur au monde pendant quasiment deux décennies, mais en 1986, il faisait presque partie des arrière-pensées. En 1985, il manqua le cut des U.S et British Open, finit 32ème au PGA Championship, et n’avait plus gagné de majeur depuis 1980. Au Masters de 1986, il faisait ainsi figure d’outsider dans sa chemise jaune et son pantalon à carreaux, qui tout comme son jeu, avaient meilleure allure dans les années 70. Mais alors vint le dernier tour le plus exceptionnel de l’histoire du Masters. Nicklaus, qui réussit un putt de 5,5 mètres au 17ème trou, couronna un eagle – birdie – birdie pour réaliser 65 sur ce dernier tour, avec 6 en dessous du par sur les neuf derniers trous. Après un par au 18ème, il a tenu bon et remporté la victoire d’un coup.


  104. 1988

    Le premier et unique parcours de Jack Nicklaus en Suisse est ouvert. C’était en mai 1981 que le champion américain signa le contrat pour la construction, puis il fallut quatre ans supplémentaires pour obtenir les permissions nécessaires avant que les travaux ne puissent commencer sur les neufs trous, mais le résultat en valait la peine. Depuis l’été 1988, de nombreux golfeurs jouent sur le parcours « Jack Nicklaus » au Golf-Club Crans-sur-Sierre.


  105. 1991

    Andrew Jenkins: J’ai attrapé Wobbly @91 Masters & il m’a donné un badge gallois qui a porté chance à Woosie’s pour sa victoire #GreatGolfTimes


  106. 1991

    En 1990, le géant japonais de l’appareil photo Canon reprend la commandite principale de l’European Masters Swiss Open. Le sponsor aide à augmenter les récompenses pécuniaires du tournoi et son importance dans le calendrier de l’European Tour, accroissant de plus du double les gains du vainqueur du tournoi à la fin de son sponsoring en l’an 2000.


  107. 1991

    Après que John Daly passa de neuvième à premier aux PGA Championship de 1991, le golfeur de 25 ans roula toute la nuit de Memphis à Crooked Stick, à Carmel dans l’Indiana. Et quand Nick Price se retira, le novice du PGA tour eut sa chance. Avec de très longs drives et un petit jeu précis, Daly déchiqueta le parcours de 6’665m de Pete Dye, en volant au-dessus des bunkers et en coupant les coins des doglegs. Les fans aimaient le personnage de Daly – il aiguise ses swings sur un 9 trous en Arkansas – et ses coups de départs fulgurants. ‘’Je la frappe aussi fort que je peux,’’ dit-il, ‘’ et si je retrouve la balle, je la frappe à nouveau.’’ En 1991, la légende de Long John Daly était née, et le golf avait un nouveau slogan : ‘’Saisis-la et déchires-la.’’


  108. 1993

    Champion à trois reprises, Seve Ballesteros consolida son statut de légende avec l’un des plus géniaux coups de l’histoire du golf – désormais connu sous le nom de ‘’The Great Escape’’. Son drive sur le 18 se posa à seulement 1,5m d’un mur haut de 2,5m qui se dressait entre sa balle, une piscine et le green, près de 120 mètres au loin. Il y avait uniquement une minuscule ouverture entre le mur et une série de branches d’arbres. Après une longue discussion avec son caddie Billy Foster, qui le suppliait désespérément d’agir raisonnablement et de droper sa balle sur le côté, Seve, s’en tenant à sa décision, ouvra largement son sand wege et joua la balle quasiment à la verticale, au-dessus du mur mais en-dessous des branches. Il rentra ensuite un chip et réalisa un birdie miraculeux !


  109. 1995

    Le James Bond Goldeneye est sorti en 1995 à New York avec une OMEGA Seamaster au poignet de l’agent secret le plus apprécié du monde. 007 n’aura plus jamais été vu sans une d’elles depuis.


  110. 1995

    A la veille du Masters de 1995, Gene Sarazan semblait en meilleure forme que Ben Crenshaw. Le vainqueur de 1984 n’avait pas battu 70 en deux mois, et le dimanche précédant le tournoi, son légendaire coach et mentor, Harvey Penick, décédait à l’âge de 90 ans. Cette perte dévasta Crenshaw – et le motiva. Des coups qui auraient dû arriver dans les bois ou dans des bunkers rebondirent en lieux saufs. Les bogeys se transformaient en birdies. ‘’Another Harvey bounce,’’ continuait de dire Julie, la femme de Crenshaw. Après avoir joué son dernier trou et remporté une victoire d’un cou, Ben berça sa tête dans ses mains et se mit à pleurer. A nouveau vainqueur du Masters, à l’âge de 43 ans, il donna une explication à cette victoire ‘’J’avais un 15ème club dans mon sac aujourd’hui – Harvey Penick.’’


  111. 1995

    Le triple vainqueur Seve Ballesteros était chargé d’effectuer des modifications au parcours, destinées à le rendre plus stimulant pour les professionnels. Toutefois, les améliorations apportées par l’expert espagnol étaient à peine achevées quand le sort intervint pour menacer le parcours. Après le tournoi de 1997, les greens étaient en très mauvais état – il était indispensable de les changer si l’on souhaitait que l’European Masters puisse continuer de se jouer ici. Ainsi, Ballesteros se remit au travail. A l’été 1999, Plan-Bramois était prêt à offrir un tout nouveau visage, le parcours pouvant se vanter non seulement de posséder des greens flambants neufs, avec des contours et des pentes variés, mais également de nouveaux départs et obstacles. Les transformations reçurent des louanges de la part de joueurs et la venue du tournoi était sauve.


  112. 1996

    Au Masters de 1996, Jack Nicklaus pronostiqua que l’amateur Tiger Woods allait remporter plus de vestes vertes qu’Arnold Palmer et lui-même combinés. Tom Watson l’appela ‘’le genre de joueur qui arrive environ une fois tous les millénaires.’’ Les scribes de golf roulèrent leurs yeux. Une année plus tard, Jack et Tom parurent prophétiques. Jouant son premier majeur en tant que pro, Woods fit implorer la grâce d’Augusta National. Il débuta le dimanche avec une avance de 9 coups, en réalisant un par sur un dernier petit putt, un poing serré et une série de records du tournoi : plus jeune vainqueur (21), plus bas score sur les quatre jours (270) et plus grande marge de victoire (12). Woods devenait également le premier golfeur mineur à gagner le Masters.


  113. 1997

    L’ambassadrice d’OMEGA et top-modèle, Cindy Crawford, captura toute la lumière des projecteurs lors du tournoi Pro-Celeb de 1997. Elle joua aux côtés du vainqueur de 1996, Colin Montgomerie, qui, en ce jour particulier, était envié par tous les hommes golfeurs du monde entier.


  114. 1998

    Kevin Dunne: @omegaEUmasters Avec mon frère & @TheBig_Easy à l’Irish Open ’98 & 17 ans plus tard @TheOpen, St Andrews #GreatGolfTimes


  115. 1999

    Lee Westwood revendiqua un hat-trick en remportant trois tournois en trois départs. A ce moment-là, l’Anglais de 26 ans devenait le troisième golfeur à avoir réalisé le coup du chapeau – en marchant sur les pas de Seve Ballesteros et Nick Faldo – avec 14 en-dessous d’un par total de 270. Suite à un dernier tour épic, qui tourna à un mano à mano entre Westwood et Thomas Björn, Westwood ajouta le Canon European Masters à ses titres du TNT Dutch Open et du Smurfit European Open, qu’il remporta avant une période de trois semaines en Amérique.


  116. 2000

    Tiger Woods établit le record de la saison la plus dominée de l’histoire par n’importe quel joueur. Il gagna 11 des 25 tournois auxquels il était inscrit à travers le monde, notamment trois Major Championships, battant le record de points de tous les temps pour chacun d’eux. La moyenne de ses résultats tout au long de la saison était de 68.11, réalisant un autre record historique, que l’on a longtemps cru qui ne serait jamais battu et établit par Byron Nelson en 1945 (68.33). Il a été calculé que son avance au classement mondial était si grande à la fin de l’année 2000 qu’il aurait pu ne pas jouer du tout en 2001, et rester numéro un mondial à la fin de cette année-là.


  117. 2000

    La plupart des gens ne se rappellent probablement pas de la fois où Billy Andrade joua 28 en-dessous du par pour gagner l’Invensys Classic, mais ils devraient tant ce fût un moment clé du golf moderne. Ce tournoi assista au début de la Titleist’s Pro V1, un des produits les plus révolutionnaires de l’histoire des équipements de golf, et qui améliora la distance moyenne des drives de 5,5m en une saison. Quatre mois plus tard, elle devint la balle de golf la plus vendue sur le marché et, à la saison 2014/2015, elle a été la balle qui aida à gagner 406 victoires sur le PGA Tour, elle qui est aujourd’hui utilisée par 2 golfeurs sur 3.


  118. 2001

    C’est en 1983 que le Swiss Open changea de nom pour devenir l’European Masters, mais ce ne qu’en 2001 qu’OMEGA devint le sponsor principal du tournoi. Ce sponsoring, d’une marque du même riche héritage et également garant de la qualité suisse, témoigne d’une parfaite association de noms historiques. Le 6 septembre 2001 est le jour officiel de la naissance de l’OMEGA European Masters. OMEGA poursuit son engagement pour le développement du golf autour du monde et la marque est désormais présente dans le golf sur quasiment tous les continents.


  119. 2002

    Tiger Woods devient le sportif le mieux payé, un titre qu’il détiendra pendant 10 ans. Son caddie, Steve Williams, lui aussi devenait le sportif néo-zélandais le mieux rémunéré. Ils remportèrent ensemble, avant leur séparation publique en 2011, 13 Major Championships.


  120. 2003

    Bien que Jim Furyk allait gagner le trophée à l’US Open en 2003, le jeudi appartenait à Tom Watson et Bruce Edwards, cinq mois après que le vétéran caddie ait appris qu’il souffrait d’une forme agressive de la maladie de Charcot (ALS). Ce mémorable jeudi était rempli de moments fantastiques : un eagle à 156m réalisé avec un fer 6, un birdie de 13,5m qui resta au bord du trou avant de tomber dedans ; un habile 65 pour Watson, réalisant son meilleur tour de l’US Open. Les acclamations et les larmes du public résonnèrent aux cris de ‘’Bruuuce’’ à travers l’Olympia Fields. Quand ils cessèrent, le discours de Watson ne porta pas sur ses birdies, mais au sujet de la Sclérose Latérale Amyotrophique (ALS). ‘’J’ai la possibilité de faire passer un message et je vais le faire’’ dit il, appelant le malheur de son ami une ‘’maladie orpheline’’ qui nécessite de l’attention et de la recherche.


  121. 2005

    L’ambassadeur d’Omega, Sergio Garcia, décore sa cheminée de Crans-Montana avec le trophée de l’Omega European Masters. Cette émouvante victoire est dédiée à son amie de longue date, Maria Garcia Estrada, qui décéda de la suite d’un cancer le week-end précédent. Il rejoint une longue liste de joueurs qui crièrent victoire après avoir perdu un être cher. Le plus récent étant Henrik Stenson, à l’Open Championship de cette année, où il joua son meilleur golf pour ramener à la maison son premier titre Majeur… avec une petite aide de son défunt ami et mentor Mike Gerbich.


  122. 2006

    L’ambassadrice d’Omega, Michelle Wei, prend un rôle principal alors qu’elle devient la première femme à concourir dans un European Tour Events. Les sentiments étaient mitigés de la part des joueurs, pour la plupart pour la simple raison qu’ils étaient inquiets de se faire battre par la star de la LPGA. Dougherty reconnaissait la pression : ‘’Jouer avec elle est un privilèges pour beaucoup de raisons et un fardeau pour d’autres, puisque cela ajoute la pression d’être battu et de devoir lui serrer la main en lui disant ‘bien joué, belle performance ce week-end’.’’


  123. 2008

    OMEGA délivra 420 tonnes de matériel de chronométrage à Beijing en 2008 pour les Jeux Olympiques d’été. Il a été utilisé par 450 chronométreurs professionnels et plus d’un millier de bénévoles locaux. Cela marqua les 23ème Jeux Olympiques d’OMEGA en tant que chronométreur officiel.


  124. 2008

    L’albatross de Mads Vibe-Hastrup à l’Omega European Masters en 2008 était le cinquième du tournoi depuis la première saison de l’European Tour en 1972. Le tournoi détient conjointement, avec l’Open Championship, le record du nombre d’albatross réussis.


  125. 2009

    L’Omega European Master fait une fois de plus l’histoire en devenant le premier tournoi à être co-sanctionné, avec l’Asian Tour, sur sol européen. En 2014, David Lipsky devient le premier joueur de l’Asian Tour à remporter la compétition.


  126. 2009

    Lors d’un retour à Turnberry, le site de l’une de ses légendaires victoires en 1977 à l’Open Championship, le monde du golf était assis au bord de leurs sièges au Championship de 2009 pour le joueur de 59 ans. Après avoir remplacé sa hanche et une période de 3 mois hors du jeu, Tom mena la majorité du tournoi et réalisa une des meilleures performances de sa vie mais perdit, malheureusement, dans un play-off de quatre trous, terminant à un putt d’une des plus grandes victoires du golf.


  127. 2010

    Après 22 participations consécutives, Miguel Ángel Jiménez rapporte finalement la Veste Rouge à la maison. De même, à l’âge de 46 ans et 234 jours, il tient la couronne du joueur le plus âgé à avoir remporté le tournoi. La cérémonie fut un petit peu folle, en commençant par une douche de champagne sur le green du 18, suivie par ses compatriotes espagnols, Pablo Larrazábal et Pablo Martin, qui le jetèrent à l’eau, et plus tard, hors du parcours, en fumant ses cigares de marque avec un (ou quatre !) verres de vin rouge.


  128. 2013

    L’ambassadeur d’OMEGA, Rory McIlroy signe avec Nike l’un des plus grands contrats de sponsoring de l’histoire du sport. Le contrat, qui vaut environs $200m, consolide le statut de Rory comme la plus grande star du golf. Cependant, Nike a récemment annoncé qu’ils allaient cesser de produire du matériel de golf, ce qui laisse à Rory la tâche de trouver de nouveaux clubs.


  129. 2014

    Jim Willshaw: @omegaEUmasters #greatgolftimes Le premier hole-in-one à 71 ans pour mon grand-père !


  130. 2015

    Les ambassadeurs de la campagne #GreatGolfTime, Danny Willet et Matt Fitzpatrick, se battirent jusqu’au bout, et Danny cria victoire en 2015. Il fit l’histoire du tournoi l’année suivante en devenant le seul vainqueur du tournoi à remporter le Masters.


  131. 2015

    Le joueur de 22 ans, Jordan Spieth, captiva le monde du sport en 2015. Tout cela débuta avec une démonstration au Masters. Il joua 18 en-dessous du par et devint le deuxième plus jeune golfeur à remporter le premier majeur de l’année. Son incroyable année se poursuivit quand il rapporta à la maison l’U.S. Open, et alimenta les discussions sur une ‘nouvelle ère du golf’, dont les rôles principaux sont tenus par Spieth, Day et McIlroy.


  132. 2016

    Le retour d’OMEGA aux Olympiques d’été de Rio marque les 27èmes Jeux Olympiques de la marque en tant que chronométreur officiel.


  133. 2016

    Tom Kelly: @omegaEUmasters #greatgolftimes La réunion annuelle avec mes anciens amis #nothingchanges


  134. ?

    Lee Westwood


  135. ?

    Tommy Fleetwood


  136. ?

    Lee Slattery


  137. ?

    @Curley10 -
    More fun and quicker with better tech to get round the course quicker #GreatGolfTimes


  138. ?

    @Yokoducko -
    #GreatGolfTimes the future definitely lies with the Under 18’s, give them a tour of their own with a tour finals and Open qualifying berth!!


  139. ?

    @Parkesy06 -
    Reduce the average 4hr round to 2.5hrs max by having less holes in comps at clubs #GreatGolfTimes


  140. ?

    @jackpotjon -
    How about a men’s and women’s @rydercup / @SolheimCupEuro joint event? I reckon the atmosphere would be electric!! #GreatGolfTimes


  141. ?

    @DaveSimmons68 -
    Golf at school. Teach kids life skills & to have fun & comps. Then use local clubs to help get them playing for a small fee. #GreatGolfTimes


  142. ?

    @Andy_brockie -
    @omegaEUmasters #greatgolftimes Drones on each hole to track your ball. Wouldn’t that be great!


  143. ?

    @arabiangolftv -
    New formats to the game: Desert Golf (UAE sand course - 1) Speed Golf / Action Golf (fitness theme) #GreatGolfTimes


  144. ?

    @timbutt01 -
    #GreatGolfTimes Just get quicker playing - maybe restrict amount of input from caddy especially on the green


  145. ?

    @ScouserandBx -
    Allowing the audience to cheer like crazy on par 3 holes, creating some unusual atmosphere to welcome players #GreatGolfTimes


  146. ?

    @pdagudo -
    #GreatGolfTimes 9 holes Pro-am live on TV with at least 1 junior playing with every pro. Great experience for the kids and fun for pro/ public


  147. ?

    @markbeckett71 -
    More short 6-9 hole courses for beginners/juniors. Free entry to all tour competitions for 16 and under. #GreatGolfTimes


  148. ?

    @mr_workman -
    Future golf? Anti-gravity space golf with rocket buggies? #GreatGolfTimes


  149. ?

    @MJW2608 -
    Men & women competing against each other with a handicap system. Also, 6 hole comps between pros and juniors. Lights & music #GreatGolfTimes


  150. ?

    @coolhandcuz -
    #GreatGolfTimes - Create the #OmegaChallenge to reunite old friends ‘I don’t have the time’ to get together over a game of golf! #omegatime


  151. ?

    @NVervrangen -
    Future is getting kids to play by every means possible. 6 holes loops in clubs, golf boards or scooters to make it fun and most of all the involvement of local clubs and pros willing to make it fun #GreatGolfTimes


  152. ?

    Mick Gornall -
    #GreatGolfTimes How about a Ryder cup style format between all the European countries…



Partagez vos idées relatives au « golf du futur » grâce au #GreatGolfTimes et participez au concours afin de gagner un séjour à Crans-Montana !

Postez vos photos, vidéos et idées sur Facebook, Twitter ou Instagram et ajoutez le #GreatGolfTimes afin d’avoir une chance de gagner un séjour à Crans-Montana avec des green-fees au Golf-Club Crans-sur-Sierre.

Terms & Conditions   

Jetez un œil à la campagne d'activités présentées jusqu’ici…

Sponsor titre

Sponsors principaux