Fr De En
Suivez nous sur 

20.07.2018

5 choses que vous ne saviez pas sur le trou n°7


Il est sans aucun doute le trou le plus emblématique du parcours Severiano Ballesteros du Golf-Club Crans-sur-Sierre. La vue depuis le trou n°7, dégagée sur la vallée du Rhône, est tout simplement à couper le souffle et a marqué les esprits des joueurs et spectateurs qui s’y sont rendus. Mais bien que très célèbre, il y a cinq choses que vous ne saviez peut-être pas sur le trou n°7. Cet article vous les fait découvrir.

1. Le plus éloigné du Club-House

Admirer la vue du trou n°7 est un plaisir qui se mérite puisque ce trou est le plus éloigné du club-House. Bien que le parcours soit relativement compact, la traversée du parcours pour rejoindre le trou n°7 s’étend sur environ un kilomètre. 

2. Vue sur le Weisshorn

Le Trou n°7 porte le nom du « Weisshorn », car il est le meilleur endroit pour admirer ce sommet omniprésent sur le parcours Severiano Ballesteros. Du  haut de ses 4505 mètres d’altitude, le Weisshorn domine fièrement la fameuse couronne impériale. Il est le 8ème plus haut sommet de Suisse et le plus haut sommet visible depuis le parcours, mis à part le Mont-Blanc, qui est le plus haut sommet d’Europe centrale culminant à 4807 m d’altitude. 

3. Une moyenne à 3.59

Malgré le paysage fantastique qui entoure le trou n°7, les joueurs ne se laissent pas distraire et y ont réalisé pas moins de 60 eagles et 1058 birdies sur les cinq dernières années de l’Omega European Masters ! Malgré qu’il soit très exposé, notamment au vent et au brouillard, la moyenne de ce Par 4 sur les 20 derniers tours joués lors du tournoi reste à 3.59 coups, ce qui le place à la 17th place en terme de difficulté. 

4. Décisif à plusieurs reprises

S’il n’est pas jugé comme difficile par les professionnels, ce trou a néanmoins été décisif à plusieurs reprises pour l’Omega European Masters. On relèvera surtout l’eagle de David Lipsky au quatrième tour en 2014, qui lui a permis de s’offrir sa seule victoire devant de grands noms de ce sport tels que Brooks Koepka et Tommy Fleetwood. 

5. En adaptation permanente

Bien que les descriptions des premiers parcours de Plan-Bramois soient relativement vagues, il semblerait qu’il y ait toujours eu un trou sur la crête ouest du parcours. Sur les plans du parcours de 1929 à 1954, ce trou était le n°8, un long drive d’environ 330 mètres. Lors des travaux de 1995, le parcours est repensé et ce trou devient le n°7. C’est en 1999 que le trou est finalement transformé en dog-leg pour s’adapter aux exigences du jeu. Finalement, ses greens sont refaçonnés par le grand Severiano Ballesteros en 2002 pour lui donner l’aspect que l’on lui connaît aujourd’hui, un Par 4 de 303 mètres.

Sponsor titre

Sponsors principaux